Catégories
Comme ça

Instant révélation

Ce week-end, j’ai fait découvrir L’histoire sans fin à ma fille, et pas seulement parce que le héro s’appelle Bastien. Lorsque j’ai vu ce film la première fois, je devais avoir dans les 8 ans et il m’avait littéralement transporté.

J’avais juste peur que les effets aient mal vieillis et que l’œuvre reçoive un accueil mitigé. Il n’en fut rien. Enfin si, les effets ont très mal vieillis, mais le regard d’un enfant ne s’y attarde pas.

Affairé que j’étais à m’occuper de tâches d’adulte, je ne suivait donc que d’un œil éloigné; n’octroyant que des brefs regards en coin, quand je fut frappé par l’effet madeleine.